"Un homme est une particule insérée dans des ensembles instables et enchevêtrés. Ces ensembles composent avec la vie personnelle à laquelle ils apportent des possibilités multiples (la société donne à l’individu la vie facile). À partir de la connaissance, l’existence d’une personne n’est isolée de celle de l’ensemble que d’un point de vue étroit et négligeable. Seule l’instabilité des liaisons (ce fait banal : quelque intime que soit un lien, la séparation est aisée, se multiplie et peut se prolonger) permet l’illusion de l’être isolé, replié sur lui-même et possédant le pouvoir d’exister sans échange."
– Georges Bataille, L’Expérience intérieure, Éd. Gallimard, 1943-1954
"Le tiers, le compagnon, le lecteur qui m’agit, c’est le discours. Ou encore : le lecteur est discours, c’est lui qui parle en moi, qui maintient en moi le discours vivant à son adresse. Et sans doute, le discours est projet, mais il est davantage cet autre, le lecteur, qui m’aime et qui déjà m’oublie (me tue), sans la présence insistante duquel je ne pourrais rien, je n’aurais pas d’expérience intérieure."
– Georges Bataille, L’Expérience intérieure, Éd. Gallimard, 1943-1954

A Writer’s Tools

A writer’s tools might include an inkwell and papyrus scrolls or less expensive wax tablets and stylus. The tablets could also be bound and they could be erased with the flat end of the stylus. Papyrus was made of the pith of a water plant; ink was a mixture of soot, resin, wine dregs and cuttlefish.

Roman Terracotta Inkwell (1st or 2nd Century A.D.)

Roman/Egyptian Papyrus Letter (early 3rd Century A.D.)

Byzantine/Egyptian Wooden Tablet (500-700 A.D.)

Roman Bronze Stylus (1st or 2nd Century A.D.)

  (x)(x)(x)(x) The Metropolitan Museum of Art. 

(Source : last-of-the-romans, via papiersdecolles)

"Si l’on veut vivre dans une contemplation opiniâtre de l’oeuvre de demain, le travail journalier servira l’inspiration, — comme une écriture lisible sert à éclairer la pensée, et comme la pensée calme et puissante sert à écrire lisiblement ; car le temps des mauvaises écritures est passé."
– Baudelaire, Conseils aux jeunes littérateurs, 1846